Qui sommes nous |  Activistes  |   Nos blogs  |   Ecrivez-nous

Bureau Régional     Bureau Central

 Tél: (00229) 21320049    Email: abpf@abpf.org

Les ministres de la santé des neufs pays du Partenariat que sont : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo se sont engagés à utiliser le « Motion Tracker » pour le suivi des engagements pris par leurs pays respectifs dans le cadre du Partenariat de Ouagadougou.      

L’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (ABPF) est l’organisation neutre chargée de faire le suivi des engagements PF 2030 avec l’implication de tous les acteurs notamment la société civile.

Peace Hélène HLUNGBO, Coordonnatrice du Motion Tracker au Bénin nous présente l’un des outils qui encouragent les actions en faveur de la PF.

Mme Peace Hélène HLUNGBO

 

Qu’est-ce-que Motion Tracker ? 

Motion Tracker est un outil personnalisé et dynamique destiné à renforcer la redevabilité et à encourager les actions en gardant les engagements visibles, en soulignant les progrès et en encourageant la participation, l'implication et l’appropriation des partenaires afin de résoudre les obstacles à la réalisation des engagements. Au départ, porté par trois pays à savoir le Togo, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, il a été élargi aux six (06) autres pays du Partenariat de Ouagadougou par l’UCPO et Samasha qui est une Ong internationale qui a initiée le Motion Tracker.

Motion Tracker a notamment pour objectifs de :

  • créer un environnement propice permettant de traduire les engagements mondiaux en actions locales,
  • mobiliser l’effort collectif de la société civile, des partenaires de développement et des gouvernements afin de traduire les engagements des pays avec une réponse stratégique renforcée,
  • créer une approche systématique pour concrétiser les engagements globaux pris par chaque pays.

Quelles sont les différentes étapes de Motion Tracker ?

Le Motion Tracker fonctionne suivant six (06) étapes à savoir :

         Etape 1 : Identification des engagements

         Etape 2 : Classification des engagements

         Etape 3 : Déconstruction des engagements

         Etape 4 : Catégorisation des engagements selon les Six (06) blocs du système de santé   de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

         Etape 5 : Développement des indicateurs de processus

         Etape 6 : Implication des partenaires de façon continue

 Quelles sont les parties prenantes associées à cet outil?

           Comme parties prenantes, nous avons la société civile y compris les jeunes, les leaders religieux et les médias, les partenaires techniques et financiers et bine évidemment le gouvernement.

 Quels sont les avantages du Motion Tracker ?

Le Motion Tracker a plusieurs avantages.  

  • C’est un système adaptable et dynamique applicable aux niveaux mondial, régional, national et local.
  • Il suit les engagements financiers et non financiers et suit les actions des décideurs et d'autres acteurs en vue de la réalisation des engagements.
  • Motion Tracker reconnaît les voix des champions et des parties prenantes tout en assurant une implication continue et une synergie d’actions.

- C’est aussi un outil de plaidoyer pour améliorer la transparence.

 Le Bénin a pris des engagements en faveur de la Planification Familiale. Pourriez- vous nous les rappeler?

Bien entendu. Concernant ces engagements, il s’agit de :

  • Engagement 1 : à partir de 2022 et sur la base des 250 millions de francs CFA affectés en 2019, augmenter de 10 % chaque année le budget alloué par le gouvernement à l’achat des produits contraceptifs pour porter la part contributive de l’Etat à 403 millions en 2026 ;
  • Engagement 2 : Assurer la gratuité de la planification familiale à toutes les filles et femmes en âge de procréer d’ici à fin décembre 2022 ;
  • Engagement 3 : accroître la prévalence contraceptive à travers l’amélioration de l’accès et de l’offre des services adaptés :
  • chez toutes les femmes de 11,7 % en 2017 à 20 % en 2026.
  • chez les 15-19 ans de 5,6 % en 2018 à 10% en 2026
  • et chez les 20-24 ans, de 12,4 % en 2018 à 20 % en 2026 ;
  • Engagement 4 : réduire le taux de rupture de stock de 78% en 2019 à 35% en 2026 à travers l’amélioration de la disponibilité des produits contraceptifs jusqu’au dernier kilomètre.

Il est important de faire le suivi de ces engagements afin d’aider le gouvernement du Bénin à respecter les engagements pris en faveur de la Planification Familiale à travers un modèle de partenariat qui utilise l'expertise et les ressources des partenaires nationaux ainsi que de la communauté internationale.

Lundi 28 novembre 2022… Ce sont des hôtes, pas des moindres qui ont été reçus à la Coordination Sud- Est de l’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (ABPF) :

La délégation accueillie par des chants et des danses

 

 Une délégation :

- de l’Ambassade du Royaume des Pays- Bas près le Bénin;

- du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération ;

- de l’Association Béninoise de Marketing Social et la Communication pour la Santé (ABMS)

- de CARE Benin/Togo qui étaient aux côtés de l’ABPF.

La délégation du Ministère des Affaires Etrangères

Cette descente s’inscrit dans le cadre d’une mission conjointe qu’effectue l’Ambassade du Royaume des Pays- Bas avec les diverses organisations partenaires qu’elle accompagne et le Ministère des affaires étrangères du Bénin.  

Trois temps forts ont marqué la journée

  • La rencontre avec les jeunes
  • La visite du cyber et de la salle de jeu
  • La visite de la clinique.

La rencontre avec les jeunes

La délégation a été reçue par la Responsable du centre, Mme Diane GBETCHIDE et de  jeunes pairs éducateurs du Centre Socio-Educatif des Adolescents et Jeunes (CSEAJ).

Photo de famille avec les jeunes

Ce fut une belle occasion d’échanges où les jeunes volontaires ont présenté le centre et les différentes activités qui s’y mènent. Madame Olivia DIOGO, Spécialiste en Santé et Droits Sexuels Reproductifs et Genre à l’Ambassade des Pays- Bas à Cotonou a rappelé le contexte de la rencontre.

En effet, le gouvernement du Bénin à travers le Ministère des Affaires Etrangères a souhaité prendre connaissance du travail que fait le partenaire hollandais sur le terrain, ce à juste titre car le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération se charge des relations qu’entretiennent le Bénin avec les pays étrangers et les institutions internationales.

La « Maman des jeunes » comme l’appellent affectueusement les jeunes n’a pas manqué de dire toute sa satisfaction lorsqu’elle se retrouve au milieu des pairs-éducateurs du Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ) de ABPF.

Mme Olivia DIOGO

Propos renchérit par les cadres du Ministère des Affaires Etrangères M. Sandorf ADOMAHOU, le Directeur Adjoint de la Direction de l’Europe et Mme Alice DOMANOU TCHIWANOU qui ont partagé l’engagement du gouvernement béninois à accompagner les diverses initiatives qui permettent aux jeunes d’être/ de rester en bonne santé et de recevoir une bonne éducation.

Après les mots introductifs, les jeunes ont présenté la mission du Centre Socio-Educatif des Adolescents et Jeunes (CSEAJ). 

Ces centres présentent la particularité d'être animés par les jeunes eux-mêmes, appelés pairs éducateurs, encadrés par un personnel qualifié.

 Les pairs éducateurs sur base des orientations reçues organisent des sensibilisations à travers des exposés-débats, des projections de films vidéo, des sketches, des jeux, des séances de lecture…

Ils mènent également des activités génératrices de revenus qui leur permettent entre autres d’acheter du matériel afin de confectionner des serviettes hygiéniques qu’ils offrent ou cèdent à un prix promotionnel à leurs pairs.

Vue partielle de l'assistance

Après les différentes, les hôtes ont montré leur intérêt pour les échanges à travers diverses questions sur la méthodologie pour diffuser les messages, les difficultés rencontrés, les outils d’évaluation de l’impact, le financement …aussi bien aux jeunes qu’aux responsables de l’organisation.

Il faut noter qu’au cours de cet épisode, une présentation de l’ABPF a été faite.

Cette première descente a permis de visiter le CSEAJ qui comporte :

  • un cyber-café ouvert à tous les jeunes et une salle de jeux qui leur permet d’avoir des loisirs sains.
  • Une clinique et un laboratoire d’analyses biomédicales
Visite guidée du centre

Suivi d’une activité d’Education à la Santé Sexuelle

Cap a été ensuite mis sur Houinmè Cadas où la délégation a suivi une séance d’Education à la Santé Sexuelle (ESS) dans un salon de coiffure qui forme aussi bien les filles que les garçons.

Séance d'ESS dans un salon de coiffure

Animée par deux volontaires du Mouvement d’Action des Jeunes de Porto- Novo, cette thématique abordée est relative  à la violence basée sur le genre pour coller à l’actualité de la Campagne des 16 jours d’activisme contre les VBG.

Totalement interactive,  elle a permis prendre connaissance des différentes types de violence, les causes, les conséquences et surtout comment les prévenir.

Là encore la délégation impressionnée par la réactivité des apprentis et l’ambiance de partage des informations n’a pas manqué d’apporter certaines clarifications sur le thème. Tout en saluant l’ouverture d’esprit de la responsable du centre qui a accepté que ces séances se déroulent dans son salon, les hôtes ont prodigué des conseils aux élèves apprentis qui ont été conviés à cultiver l’esprit de pardon, l’amour. La délégation a insisté sur l’importance de la communication, la base de toute relation.

Photo de famille avec les apprenants

Notons que ces séances de causerie sont périodiques et portent sur les 7 composantes de l’ESS que sont : le Genre, la Santé Sexuelle et de la Reproduction, la diversité, la citoyenneté sexuelle, la violence, les relations interpersonnelles ; le plaisir et épanouissement sexuel.

 

La visite aux parents-modèles

Cette étape a permis de rencontrer les parents modèles et un couple futur parent- modèle au quartier Dowa.

Echange avec les parents modèles

 Dans la perspective d’améliorer l’accès, la disponibilité et l’utilisation des services de santé de reproduction, l’ABPF a formé les parents modèles avec l’appui technique de la Direction Départementale des Affaires Sociales et de la Microfinance de l’Atlantique sur les thématiques du dialogue Parents Enfants. L'objectif est de doter efficacement ces volontaires devenus parents de connaissances Sine qua none pour privilégier le dialogue au sein de la famille. C’est leur permettre de disposer d'outils nécessaires et appropriés pour mieux communiquer avec leur progéniture sur la question des Droits en Santé Sexuelle et de la Reproduction (DSSR).

Vue partielle de l'assistance

Les parents modèles ont partagé des exemples de parents qui ont témoigné de l’effet positif que ces causeries ont eu sur leurs familles en plaidant pour que le temps imparti pour les sensibilisations soit rallongé.  Les futurs parents modèles aussi ont reconnu que les discussions ont amélioré les relations au sein du couple et même au-delà.

Photo de famille avec les parents modèles

Des témoignages renchéris par la Présidente sud- Est de l’ABPF qui a participé aux échanges. Les bénéficiaires ont émis le vœu que cette initiative se poursuive afin de maintenir l’harmonie et de renforcer le dialogue en famille avec un accent particulier sur le dialogue avec les enfants dans le couple.

La visite aux parents modèles a mis fin à cette première étape de la mission avec l’Ambassade des Pays-Bas qui a réitéré son engagement à accompagner les jeunes qui donnent la preuve qu’ils savent maximiser les ressources qu’on met à leur disposition.

La Présidente Nationale de ABPF a été distinguée lors de l’Assemblée Générale de IPPF , la Fédération Internationale pour la Planification Familiale qui se tient à Bogota en Colombie.
 
Ce prix récompense l’esprit d’initiative, le leadership, la capacité de mobilisation, l’innovation…
 
A travers cette distinction, c’est l’ABPF qui est ainsi honorée pour toutes ses actions et sa contribution permanente à la promotion et au bien-être de la population béninoise.
Rappelons que cette AG de l’IPPF marque le 70ème anniversaire de la plus grande organisation de défense de la santé et des droits sexuels et reproductifs. C’est l’Association Membre Profamilia Colombia, qui accueille les délégués du 21 au 25 novembre 2022.

La campagne « 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes » est une campagne internationale qui se tient chaque année du 25 Novembre au 10 Décembre et vise à prévenir et éliminer les violences liées au genre. Symbole de la lutte de la femme contre diverses inégalités, l’esplanade de la statue de l’Amazone a servi de cadre ce vendredi 25 Novembre 2022 au lancement officiel de la campagne.

La commémoration des 16 jours d’activisme offre l’opportunité d’attirer l’attention individuelle et collective, sur la nécessité d’aborder la question des violences faites aux femmes et aux filles. Représentant l’autorité communale, M. Randyx Romain AHOUANDJINOU dans son mot de bienvenue a félicité le gouvernement béninois dans son ambition de faire reculer les violences faites aux filles et aux femmes et dissuader les auteurs qui freinent l’émancipation de la femme béninoise.

 Le représentant résident de l’UNFPA M. TIEMOKO Richmond, représentant du groupe des Partenaires Techniques et Financiers Genre et Protection sociale tout en rappelant le thème de la campagne « Tous les actes … » dira aussi son appréciation et son encouragement pour les progrès réalisés au Bénin et appellera au maintien strict du cap. Rappelons que 69% des femmes au Bénin, disent avoir déjà subi une violence au cours de leur vie. Le représentant résident de l’UNFPA a renouvelé également l’engagement des Partenaires Techniques et Financiers et appelé à la responsabilité de toutes les parties prenantes afin d’agir pour prévenir la violence.

Présente également à la cérémonie, l’Honorable Mme Claudine Afiavi PRUDENCIO, la présidente de l’Institut National de la Femme dont l’un des objectifs est la lutte contre toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard de la femme a fait un rappel sur la gigantesque plaie que constitue les Violences Basées sur le Genre (VBG) et qui enlève à notre humanité ce qu’elle a de plus cher. Actes inhumains et dégradants, les violences faites aux femmes et aux filles déshumanisent le monde. Il ne s’agit ni d’un phénomène abstrait ni d’un phénomène insaisissable. L’arsenal juridique des répressions est désormais très bien fourni dans notre pays. Il est nécessaire que chaque individu s’engage pour combattre et vaincre la dure carapace du phénomène des VBG, dira t-elle.

Dans son discours officiel de lancement de la campagne, la Ministre des affaires Sociales et de la Microfinance, Mme Véronique TOGNIFODE énoncera la volonté de l’Etat béninois pour son engagement dans cette lutte.  Pour elle, il est opportun et urgent de briser la chaine du silence et de l’impunité. Reconnaître, refuser et combattre les VBG sur toutes ses formes permettra de rendre le monde plus agréable et de l’ « oranger ». Mme TOGNIFODE n’a pas manqué de remercier tous les Partenaires Techniques et Financiers, la collaboration bilatérale et multilatérale et les diverses organisations pour leur travail et lutte acharnés afin de bannir le fléau que constitue les VBG.   

La cérémonie a pris fin avec la visite des autorités sur les différents stands installés dont entre autres celui de la coalition ABPF, ABMS et CARE BENIN-TOGO.

Le lundi 21 novembre 2022 s’est ouverte à Bogota en Colombie, l’Assemblée Générale de l’IPPF, la Fédération Internationale pour la Planification Familiale. L’événement marque le 70ème anniversaire de la plus grande organisation de défense de la santé et des droits sexuels et reproductifs.

Notons que c’est l’Association Membre Profamilia Colombia, qui accueille les délégués jusqu’au 25 novembre prochain.

Les membres de l'association hôte

La délégation de chaque pays à ce grand rendez- vous est composée du Président de l’AM, du Directeur Exécutif et d’un représentant de jeunes.

De g. à d; la Prte de l'ABPF, Mme Judith Maffon Gbehinto, le Pdt National du MAJ/ Bénin, Amour VODOUHESSI, le DE/ ABPF M. Comlan Christian AGBOZO

Notons que la participation des jeunes est essentielle à la réussite de l'Assemblée générale qui a lieu tous les 3 ans et qui s’est justement ouverte par le Forum mondial de la jeunesse.

PHOTO DE FAMILLE DES JEUNES